4500 kilomètres. Quelle distance!

Celle que j'ai parcouru un mois durant l'été 2014 tantôt avec mes amies, tantôt avec ma famille. Ces photos sont le résultat d'un périple à travers la province du Québec avec une escapade à Toronto. Je rêvais de voyager depuis trois ans. Ce voyage était celui qui me permettait de retrouver mes amies puis ma famille.

Ensemble, nous avons d'abord arpenté les rues de Montréal. Cette ville aux différentes facettes, depuis le CBD développé comme les villes des Amériques, aux quartiers résidentiels en passant par la rue Sainte Catherine, où l'on magasine, où l'avenue du Mont Royal, plus jeune et moins dense que sa cousine Catherine.

Cette ville m'a charmée, je m'y suis sentie très vite à l'aise. Alors j'ai beaucoup marché, à la recherche de paysages urbains, d'instants humains auxquels j'ai réagi par une prise de vue.

Puis nous avons fait une escapade à Toronto. Pour aller voir les chutes.

La ville est bâtie sur le modèle américain, de grandes avenues parallèles qui se jettent sur le lac Ontario, et d'autres rues perpendiculaires. On y trouve de grands buildings imaginés par Mies Van Der Rohe, des édifices contemporains de Daniel Libeskind ou l'école qui vole d'ALSOP.Il y a beaucoup de circulation, je m'y sens moins bien qu'à Montréal bien que les gens soient très sympathiques. Néanmoins, sur le port au bord du lac, je retrouve des sensations plus apaisées. Là je capture un petit garçon, plusieurs couples et même un paysage.

Finalement la grande boucle autour des berges du Saint Laurent et du Nouveau Brunswick en famille. Nous sommes passés par de multiples parcs nationaux à la végétation toujours plus dense, les forêts prêtes à nous livrer leur secret. Le lac Saint Jean. Le Saguenay et son magnifique fjord. Tadoussac et ses baleines. Une bleue immense et plusieurs à bosses. Matane. Cap chat. Le parc de la Gaspésie. Gaspé. Percé et son rocher. L'île Bonaventure et ses fous de bassans. Carleton. La traversée rivière du loup – Saint Siméon. La Malbaie. L'ile aux coudres. Baie Saint Paul. Puis la charmante et chaleureuse Québec.

Ces moments, ces gens qui m'ont émue. Je vous les présente ici.

Les légendes de ces images sont pour la plupart les lieux où je les ai capturés. Le lieu a une grande importance à mes yeux. Chacun d'entre eux est singulier, le fait d'avoir pris à ce moment là cette photographie en renforce sa singularité. Il est figé tel que je souhaite vous le présenter. C'est comme ça que je l'ai vécu.

L'expérience de la découverte des chutes du Niagara a été pour moi une véritable déception autant qu'un plaisir.

Déception par le tourisme de masse, ses casinos et hôtels plantés là au milieu de ce site naturel exceptionnel. Une incompréhension totale. Un paysage que je trouvais gâché mais grâce auquel j'ai pu capturer ces instants hors du commun. Autant depuis le bateau allant vers les chutes que sur la promenade qui longe ce site, les gens à la fois les plus communs mais aussi les plus étonnants à mes yeux se sont offerts à moi. J'ai pu voir les derrières des aventuriers sur le bateau, nous étions tous identiques à de géants sacs poubelles roses.J'ai observé une famille de Amish. Leurs habits hors du temps m'ont fait penser à de vieilles séries télévisées. Mais non ils étaient bien là, maintenant, avec nous. Des couples habillés de la même couleur, des gens avec les visage tellement enduit de crème solaire qu'ils paraissaient livides. Les gens qui se prenaient en photo devant les chutes. Les photos de ces photos.

Et puis la chute m'a redonné sourire grâce à toute cette animation.

Ce mardi 19 août j'ai pris en photo un vieux assis sur un banc face à La Baie. Je me suis assise sur un banc juste à côté du sien pour admirer le paysage. 

Au loin, un grand père et son petit fils approchent. Je me dis que le garçon n'avait pas trop envie de se balader: il trainait des pieds. En passant devant moi le pépé m'a gentiment souhaité une belle journée. Et le garçon s'est retourné plusieurs fois vers l'autre pépé et moi. Un peu après je me suis levée et ai commencé à marcher dans leur direction. En arrivant à leur hauteur, le pépé m'a demandé d'où je venais. (Vous n'êtes pas d'ici vous.) De France j'ai dit. OH BOY! M'a t'il répondu. Pendant ce court échange, son petit fils m'a pris la main pour la sentir. Très délicatement. Il la touche avec ses mains, avec sa bouche. Il me regarde. Je crois me rappeler qu'il me sourit avec les yeux aussi. 

Et j'ai compris. 

J'ai été très touchée. Et son pépé a dit lâche la main de la dame. Non non c'est bon j'ai dit. Il parle pas le pauvre petit alors... Il avait l'air gêné et voulait partir. Et j'ai changé de route à ce moment. 

Cette photo raconte tout ça.

Using Format